Monde clos…

Plongée en apnée dans l’univers carcéral avec Fleury-Mérogis 91700 – « le plus grand centre pénitentiaire d’Europe » comme le précise à juste titre la quatrième- de Franck Chevillard.

fleurymérogisEt c’est en compagnie de trois figures principales que cette descente dans les abysses du monde pénitentiaire va se dérouler.

On rencontre donc d’abord Jean Anbrogioni, 56 ans dont la majorité au trou, ancien condamné à mort « sauvé » par l’abolition. Il a trempé dans la délinquance depuis pratiquement toujours, gravissant un à un les marches qui allaient le mener au grand banditisme et à Mesrine. Il partage, alors qu’il vient d’arriver à Fleury, sa cellule avec Dragomir, un Yougoslave dont il ne veut rein savoir.

Puis, c’est au tour de Boubacar d’entrer en scène. Pur produit des banlieues, il a tâté des centres de détention pour mineurs mais, cette fois-ci, de par son âge, c’est en maison d’arrêt qu’il atterrit suite à un petit casse minable totalement avorté de par l’incompétence crasse des instigateurs.

Enfin, et ce n’est que le dernier sur la liste d’apparition pas d’importance, Ahmad l’Afghan. Education occidentale via le Lycée Français de Kaboul, un point commun avec Massoud. Le seul puisque notre homme a oeuvré pour le pouvoir taliban en place dans ces années 2000. Partie prenante du pouvoir, certes, mais également mu par la recherche de l’assouvissement de besoins tout personnels, Ahmad s’est retrouvé à Fleury pour trafic d’oeuvres d’art, profitant de sa position privilégiée au sein du système des malades au pouvoir dans son pays.

Tout un monde gravite autour de ces trois personnages: Des délinquants qui se regroupent par affinités ethniques ou religieuses, des médecins qui écoutent autant qu’ils soignent, des travailleurs sociaux qui n’ont guère d’illusions, des familles qui essaient, à l’image de la soeur de Bouba, de faire de leur mieux pour leurs membres incarcérés.

Et de l’incompréhension, des incompatibilités radicales entre des individus obligés de cohabiter, de partager, malgré eux, une intimité que la prison interdit de fait…

 

Chevillard, qui connaît bien le milieu carcéral pour y avoir travaillé, parvient à nous faire partager la diversité de ce peuple enfermé; un peuple qui n’a que cette réclusion en commun, les luttes et affrontements, souvent jusqu’à la mort, occupant la majeure partie de son temps.

Pas de discours lénifiant, pas d’apitoiement mièvre de la part de l’auteur. Ses personnages sont ce qu’ils sont et, si l’émotion peut transparaître sous sa plume – notamment lors des réminiscences d’un Ambro rongé par la maladie-, il ne s’agit pas de les plaindre ni de les blâmer. C’est bien plutôt vers le réalisme froid –la vérité, serait-on tenté de dire– que Chevillard oriente une écriture resserrée à l’extrême.

Ainsi, l’ensemble se lit rapidement, quasiment d’une traite et on regrettera que la chose n’aille pas plus loin, qu’à une fresque plus fouillée et détaillée l’auteur ait préféré une succession d’instantanés qu’il ajoute dans un album néanmoins des plus cohérents.

Il y a bien quelques respirations ici ou là, des passerelles, des lueurs, non d’espoir, mais d’humanité simple. Bien trop peu pour espérer, pour croire à une sortie de ce cauchemar.

Evidemment, personne ne sortira indemne de ce marasme. Tous essaieront de se faire une place, toute relative et provisoire, dans cet univers désolé. Et les mieux armés, a priori, ne seront pas ceux qui s’en sortiront le mieux…

ps: Merci à Pierre et à la Manufacture pour l’envoi de ce roman.

Fleury-Mérogis 91700 de Franck Chevillard, La Manufacture de Livres (2012), 203 pages

Publicités

~ par cynic63 sur 23/12/2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :