Clermont 2012#2

Eclectisme et diversité pour la séance I1.

Du documentaire militant, cependant bien construit et au texte impeccable, de l’espagnol David Munoz qui signe avec La Broma Infinita un film tout à fait de circonstance en ces périodes de crise financière, à l’animation à la fois onirique et grinçante des Slovaques Laucikova et Snopek qui nous entraînent dans un Posledny autobus (le dernier bus) en forme de conte, en passant par le très nerveux et polardeux Los crimenes de l’Argentin Santiago Esteves, qui réussit en moins de 20 minutes à nous délivrer une intrigue au cordeau et alambiquée à souhait, le spectateur en aura pour son argent…

Mais c’est surtout Tuba atlantic du Norvégien Hallvar Witzo qui m’a semblé le plus réussi. Dans son sujet comme dans son traitement. Oskar apprend qu’il va mourir dans exactement 6 jours. Il n’a pas revu son frère qui a émigré aux Etats-Unis depuis 30 ans et voudrait entrer une dernière fois en contact avec lui. D’une manière bien étrange et par le biais d’une drôle de machine. Dérangée dans sa fin de vie par une jeune fille, membre d’une Eglise assez radicale, qui lui est envoyée afin de l’aider à rejoindre le Seigneur -c’est dans le plan de développement personnel de l’Eglise d’aider un individu à passer de l’autre côté- Oskar va se prendre d’amitié pour elle. Humour noir, situations improbables, dialogues souvent cyniques, on se laisse prendre au jeu de l’ultime coup d’éclat de ce vieillard atrabilaire et misanthrope…

 

Manque de chance avec I8. Ou les films étaient vraiment trop courts et on restait sur sa fin, comme avec Wolf Carver du Finlandais Aino Suni qui nous proposait un vieil ours mal léché se retrouvant affublé d’une gamine de 18 ans dont il ignorait l’existence, ou les films n’étaient pas aboutis à l’image de Titanes du Chilien Edison Cajas qui, pourtant nanti d’un scénario en béton –un chauffeur travaillant pour les services secrets de Pinochet se trouve piégé entre sa lâcheté vis-à-vis de sa famille qui éclate sous ses agissements et des comparses peu enclin à lui laisser le moindre espace de respiration – n’arrive pas à nous convaincre en raison d’une réalisation parfois inégale.  Je passe sous silence le Little Precious du Chinois Yilin car je suis de bonne humeur…

Surtout grâce à un petit bijou néerlandais mêlant animation et fiction, nous baladant à trois époques différentes à travers des évènements qui vont constituer une chaîne pour mieux éclater dans le présent. Een bizarre samenloop van omstandigheden (une curieuse conjonction de coïncidences) du néerlandais Joost Reijmers nous balance 8 minutes de loufoquerie déjantée, portée par des paroles adoptant le délicieux accent d’Amsterdam, ville au centre de tout ce fatras catastrophique. Fantastisch en gefeliciteerd Meneer!!!

Publicités

~ par cynic63 sur 31/01/2012.

2 Réponses to “Clermont 2012#2”

  1. Déjà cinq sélections internationales au compteur j’attends encore le coups de coeur. Cependant, je porte une mention spéciale aux néerlandais (I8). Leur humour décalé fonctionne toujours autant. Le sujet est approché de manière originale pour se révéler percutant. Dans un autre domaine, « Shoot the Moon » est très bien traité bien qu’emprunt du climat ambiant de crise. On pourrait penser que c’est un documentaire tellement il est criant de vérité. Je ne serai pas étonnée qu’il remporte un prix. je verai ce soir si la pioche est meilleure.
    A noter, demain soir à 16h à la Maison de la Culture, un événement à ne pas rater : jumelage de Groland et du festival du court-métrage…Il y aura matière à rigoler !

  2. « Shoot the moon », c’est excellent (voir papier précédent). Bon sang, je bosse demain jusqu’à 17h!!! Je vais en louper une bonne…pffff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :