New belgian garage rock…

Tous les ans, Europavox se tient sur la Place du 1er mai à Clermont et entend présenter, que ce soit à la Coopérative de Mai comme sur l’esplanade de la place du même nom des groupes, artistes connus ou en devenir, venant d’un peu partout en Europe.

Le temps ayant été plus que clément durant le dernier week end de mai, on a pas mal circulé dans les travées en plein air et grâce à quelques connaissances du milieu qui nous ont fermement encouragés, on s’est donc rendu sous le chapiteau afin de voir, et surtout entendre un combo belge bien comme on les aime;  très garage underground et férocement ancré dans la modernité du genre: Driving Dead Girl.

Forts d’un nouvel album paru en début d’année, les quatre Wallons nous ont délivré un set qui, s’il fut très référencé, n’en a pas moins été des plus convaincants…

Bonne énergie, chansons impeccables et à 10 000 lieues des poses arty comme du revivalisme, c’est à une véritable cérémonie fuzz que le public est convié lorsque Driving Dead Girl attaque sa performance.  Si le Blues Explosion est convoqué, le Mc5 comme les Heartbreakers ne sont jamais bien loin, les envolées soul s’approchent discrètement mais sûrement…

L’ensemble est à la fois soigné et crade à souhait. Ce que le rock and roll se doit d’être finalement…Le nombreux, et étonnamment jeune, public ne s’y est d’ailleurs pas trompé: il a réservé un accueil enthousiaste à un groupe qui défend une conception de la musique qui n’est pas forcément en adéquation avec les critères modernistes. Qu’importe car le rock n’a pas d’âge, se fiche de celui de son public, se moque des modes. Ce qui fait qu’il est indémodable.

Tout n’est pas forcément qu’une question d’efficacité, certes, mais seuls les groupes qui en font preuve peuvent prétendre à une place de choix. On est loin du son heavy, des maniaqueries métalleuses ou des breaks dans lesquels la basse est mise en avant. Ici, la section rythmique pose, les guitares saturent ce qu’il faut, et rien de plus, les riffs se font jouissifs et jamais démonstratifs. Efficacité, donc, et sobriété de bon goût. Comme si l’un n’allait pas sans l’autre. Et on finit pour un seul rappel: Le New kind of kick des Cramps. Histoire d’enfoncer le clou dans la tête de ceux qui n’auraient pas compris.

On espère les revoir au plus tôt…Vous vous en doutez…

Toutes les photos du concert de Clermont sont de Simon Mignol que nous remercions ici…

Publicités

~ par cynic63 sur 31/05/2011.

4 Réponses to “New belgian garage rock…”

  1. La programmation ne m’emballait pas vraiment cette année Europavox mais Les Driving Dead Girl ont remis les pendules à l’heure.Ils étaient déjà venus à Clermont et je les avais loupés, je me suis donc rattrapée…Quelle claque ! D’une efficacité redoutable dans leur genre. J’écoute leur album en boucle et ça fait du bien ! Hautement recommandable….

  2. eh bien il s’en passe de belles par chez toi Cynic ! veinard !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :