Ascenseur pour un sous-sol…

Marin Ledun est un auteur assez prolifique en ce premier trimestre 2011. Rééditions ou nouveautés sont, ou seront très prochainement, disponibles chez différents éditeurs.

La Tengo publie la version papier de Fractale, la pièce radiophonique rédigée par Marin dans le cadre d’un projet initié par France Culture.

L’auteur nous livre ici un court huis-clos en 21 scènes dynamiques et angoissantes.

Nous sommes dans les locaux de Saudis Corporate, un cabinet de conseil en placement financiers. Il est 18 heures et six employés reçoivent un email leur annonçant le début d’un exercice d’alerte. Ils gagnent donc l’ascenseur qui les conduit au troisième sous-sol du bâtiment et découvrent un lieu qui leur est inconnu: une sorte d’appartement parfaitement aménagé, comportant plusieurs chambres. Très vite, ils réalisent que l’endroit a tout d’un abri anti-atomique, ou quelque chose d’approchant. Chacun des six protagonistes attend le message de fin d’alerte jusqu’à ce que l’un d’eux découvre qu’il n’y a aucun bouton d’appel sur la porte de l’ascenseur qui les a amenés là. Seul, Ricardo, le patron de la société est donc susceptible de leur renvoyer le seul moyen qui leur permettra de regagner les étages, et par là-même, le cours normal des choses.

Nos personnages, trois hommes et six femmes, font contre mauvaise fortune bon coeur et décident d’attendre, le plus calmement possible, que l’exercice prenne fin…

De nombreux détails vont cependant attiser les questions des uns ou des autres: Il y a, effectivement, peu de nourriture dans la cuisine de ce « bunker » et il est impossible d’entrer en contact avec l’extérieur…

Les hypothèses sur la nature de ce qu’on attend d’eux en haut lieu vont bon train et chaque personnage se sent à la fois testé et se demande si, parmi les six, l’un d’eux ne serait pas finalement dans la confidence de Ricardo, jouant finalement son agent dans les lieux.

Soupçons, tensions, supputations et mises à nue des caractères sont au menu de Fractale. Marin Ledun réussit à restituer habilement une angoisse d’autant plus prégnante que les individus pris au piège ne savent pas ce qu’ils font ici, ni pourquoi, en particulier, ce sont eux six, cadres de l’entreprise certes mais pas parmi les plus importants, qui se retrouvent là.

Certains ont de vieux comptes à régler, ne s’apprécient pas forcément ou, tout bonnement, ne se connaissent que très peu.

Dans une situation de stress, chacun devra abattre quelques cartes, jouer franc-jeu ou, au contraire, tromper les autres. Surtout lorsqu’au matin de leur premier nuit dans cet étrange appartement, l’une des femmes se révélera être introuvable…

On aura saisi ici que tout se joue sur la tension, l’intensité dramatique d’un jeu sordide imaginé par la tête pensante dirigeant tous ces financiers déjà bien installés dans la vie. Chacun a son caractère bien trempé mais tous vont réaliser que, hors de l’entreprise, ils ne savent rien de celui qui est condamné avec eux à un purgatoire qu’ils espèrent très provisoire.

Le lecteur suit donc ce petit jeu de poker menteur et échafaude, évidemment, de nombreuses hypothèses au fur et à mesure que des éléments nouveaux lui sont délivrés par les acteurs de ce huis-clos. Surtout qu’une surprise de taille l’attend dans la dernière scène…

Bonne initiative donc de nous permettre de lire ce qui constitue aussi un exercice de style comme d’écriture imposée pour Marin Ledun qui, ici, nous montre qu’il maîtrise les codes du texte théâtral. Surtout qu’il ne s’agit pas d’une adaptation d’un de ses romans mais bien d’une création originale.

Je ne saurais que vous conseiller d’écouter l’excellente réalisation d’Etienne Vallès sur le site de France Culture . Le jeu des acteurs est excellent et cela complètera judicieusement la lecture de la pièce; genre littéraire assez rare dans le polar.

lien sur la page de Marin Ledun: http://www.pourpres.net/marin/?p=1850

lien direct sur le site de France Culture: http://www.franceculture.com/emission-fictions-droles-de-drames-fractale-de-marin-ledun-2010-11-13.html

Fractale de Marin Ledun, La Tengo Editions (2011), 91 pages.

Publicités

~ par cynic63 sur 06/03/2011.

9 Réponses to “Ascenseur pour un sous-sol…”

  1. comme les caves en Suisse… abris anti-atomiques dans tous les immeubles !

    • Et armes pour les militaires dans les mêmes caves…

      • non, justement.
        en théorie, pas dans la cave. l’arme doit être aisément disponible (je ne me souviens plus du terme exact) en cas de mobilisation générale.

  2. Beaucoup aimé l’homme : Marin Ledun rencontré à Lamballe

  3. J’ai d’abord lu la pièce et dans la foulée je l’ai écoutée. Deux expériences différentes mais effectivement complémentaires. J’ai préféré le livre pour l’intensité que l’on peut imaginer.Cependant les acteurs de la fiction radiophonique ont très bien campé les personnages. A noter : il y a d’autres fictions de genre noir disponibles sur le site de l’emission « drole de drame »

  4. Finalement une agréable expérience à renouveler avec les prochains titres à venir de cette collection! surtout si en plus tu nous déniches à chaque fois la version radiophonique, cerise sur le gâteau.Amitiés

    • Normalement, les autres versions (Marcus Malte, Christian Roux et Caryl Férey) sont encore en ligne sur le même site. Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :