True grit, le livre…

Le Serpent à Plumes colle à l’actualité en ressortant True Grit de Charles Portis alors que le film éponyme des frères Coen ne va pas tarder à faire son apparition sur les écrans français. Ressortie car il s’agit d’un roman qui a déjà plus de 40 ans et dont Donna Tartt, dans une postface des plus instructives, nous explique pourquoi ce roman d’aventures, tendance « wild, wild west » est devenu culte aux Etats-Unis.

True grit est donc un western qui a pour héroïne, et narratrice, la jeune Mattie Ross, une adolescente de 14 ans à la langue bien pendue et aux principes presbytériens rigides. Son père ayant été abattu lâchement par Chaney, un pauvre hère qu’il avait embauché, à Fort Smith, Arkansas, la jeune fille quitte son comté rural du même Etat afin, dans un premier temps, de reconnaître le corps du défunt puis de le faire ramener à la maison où il sera enterré. Seulement, Mattie n’en reste pas là: elle veut retrouver Chaney afin que celui-ci passe sous les fourches caudines de la justice et paie pour ce qu’il a fait. Après s’être renseigné auprès du shérif de Fort Smith, elle engage Rooster Cogburn, un marshal borgne, individu autant ivrogne que téméraire pour poursuivre et arrêter Chaney qui s’est réfugié en Territoire Indien, juridiction à l’intérieur de laquelle seul un marshal peut intervenir…Très réticent à l’idée de s’embarrasser d’une gosse revêche, Cogburn accepte cependant la mission. Cette improbable équipe est bientôt rejointe par LaBoeuf, un ranger texan qui, lui aussi, en a après Chaney. En effet, ce dernier a également abattu un sénateur au Texas. Le trio se met donc en route, caressant l’espoir de mettre la main sur l’assassin au plus vite…

Un roman rythmé, pétillant et absolument réjouissant que ce True grit. Bien sûr, on y retrouve de nombreux lieux communs du western –la petite ville rurale qui va bientôt grandir, les hommes bourrus et à la morale toute personnelle, les bandits, tour à tour, redoutables ou complètement idiots– mais Fortis donne à l’ensemble du mouvement et de l’allant rappelant les meilleurs romans d’aventures.

Si la narration à la première personne y est pour beaucoup, nous donnant ainsi à voir les réactions et les sentiments d’une Mattie qui, à quarante ans, se souvient d’un épisode autant tragique que constitutif de sa personnalité, les scènes, souvent bourrées d’humour comme celle où elle parvient avec une grande pugnacité à revendre les chevaux que son père avait achetés à celui-la même qui les lui avait vendus ou ce dialogue, rédigé à la manière des minutes d’un procès, où un avocat, défendant un individu des plus dangereux, tente de coincer Cogburn en essayant de retourner la culpabilité contre ce dernier, dévoilent des pratiques et des attitudes d’un monde qui vit ses dernières heures.

En cela, True grit balance entre la morale des durs à cuire de l’Ouest des années 1870 – morale se résumant souvent à l’utilisation du revolver pour régler conflits ou contentieux- et la justice « civilisée » de la modernité, symbolisée par Mattie qui entend, de son côté, faire appel à son avocat en cas de désaccord. Cogburn qui, avant d’être marshal n’était pas du même côté de la barrière, fait la jonction entre ces deux mondes, même si on comprend que, dans le nouveau, il n’aura pas vraiment de place. Bientôt, il en sera fini de tout cet Ouest sauvage et les anciens héros de la Frontière, les bons comme les méchants, seront soit enterrés, soit dans les shows narrant de manière bien enjolivée et mensongère leurs exploits.

Péripéties nombreuses, personnages bien campés, humour décalé ou franchement premier degré, coups de feu intempestifs, discussions surréalistes ou citations bibliques sont au menu de ce roman. Un vrai moment de détente et de rigolade qui se finit cependant par un chapitre mélancolique et nostalgique…

True Grit (True Grit, 1968) de Charles Portis (trad. John Doucette), Le serpent à Plumes (2011), 217 pages (plus postface de Donna Tartt)

Publicités

~ par cynic63 sur 04/02/2011.

6 Réponses to “True grit, le livre…”

  1. tu me dis que les frères Coen en on fait un film qui va sortir prochainement? Le grand fan que je suis va guetter ca avec impatience, et à la lecture de ton billet , je me dis que cette histoire à la sauce de fréres Coen va pas être triste à voir ! du coup je vais acheter le livre j’aimerai l’avoir lu avant de voir le film. Amitiés

  2. Alors cow boy, tu as aimé? Je me suis régalée aussi!

  3. au moment où Mattie Ross ,demande le retour du corps de son père , elle dit: » je veux que mon père soit enterré avec son tablier de Maçon… », puis dans la séquence suivante dans les objets personnels de son père se trouve un bijou représentant une équerre et un compas. True Grit une œuvre maçonnique?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :