Top seven #1

Vodpod videos no longer available.

Top seven #1, posted with vodpod

Petite initiative musicale de DJ Duclock, de l’équipe nantaise des Fondus au Noir, qui se propose de présenter 7 morceaux qui « tournent sur la platine« . Sur son invitation, voici donc les miens. Pour ce premier échange, en tout cas…

Elemental par The Jim Jones Revue. Les Anglais viennent de passer avec succès l’épreuve du deuxième album (épreuve souvent fatale). Toujours la même énergie pour un rock and roll de tradition qui n’a rien à voir avec un revivalisme puant et dépassé.

Smokestack lightning par The Morlocks. Les grands méchants Californiens pour un album de reprises de classiques blues de Chess. Des versions très garage d’excellents titres. En attendant un nouvel opus original qui commence à se faire attendre. Leighton, le Morlock en chef, ayant d’autres préoccupations, semble-t-il…

She does it right par Dr Feelgood. Premier titre du premier album du quatuor de Canvey. Les prémices du mouvement punk avec un retour, dès le milieu des 70’s, aux basiques d’un rock and roll qui refusait les dérives planantes ou progressives. Feelgood, je n’en suis même pas fan. Juste obsédé…La classe 35 ans après!

Black Hearse Cadillac par The Staggers. Le garage rock contemporain n’est pas qu’étatsunien ou scandinave. Parfois dans d’autres parties de l’Europe, des groupes surgissent et se font une petite place. Ceux-là nous arrivent de Vienne, Autriche, et ont commis un premier album de très bon niveau dans une veine très british.

Mr Bartender par Lew Lewis Reformer. Encore un type du mouvement pub rock, lui aussi de Canvey Island. Un proche des Feelgood et un très bon harmoniciste. Pas beaucoup de succès à l’époque mais, après des problèmes personnels importants, le Lew montre toujours les crocs, d’après ce que l’on sait.

We have some par Frustration. Je n’aime pas Joy Division, ni aucun autre groupe de la new wave anglaise des années 80. Alors pourquoi parler des Parisiens ici? Ben, ils sont impressionnants sur scène, énergiques et envoûtants. Ils ont aussi la quarantaine (ça, c’est pour rire). Un seul regret: la langue de Goethe serait plus appropriée pour leurs sets hyptnotiques…

Sometimes you’ve got to be gentle par Heavy Trash. Le projet « méta-rockabilly » du très talentueux Jon Spencer. Très bon groupe scénique, Heavy Trash propose une lecture personnelle des racines de la musique rock étatsunienne. Excellents musiciens – comprendre: efficace et pas démonstratif -, bons compositeurs, Heavy Trash est vraiment à voir et à écouter.

Publicités

~ par cynic63 sur 04/12/2010.

6 Réponses to “Top seven #1”

  1. Ho putain il est classe ton lecteur !!! The Jim Jones Revue, à ben si Txoa passe par là il va être content. La voix du mec des Morlocks me fait penser aux films de la Hammer… va savoir pourquoi ? Rhô Dr Feelgood j’en garde un très bon souvenir de concert vu (enfin ce qu’il restait du groupe) il y a ouh là ça va faire 10 ans s’il faut … dans une ville du nord de la France pas loin de Cherbourg, ça envoyait sacrément ! Les Staggers me font directos pesé aux Animals. Terrible le coup d’harmonica sur Mr Bartender. Les Frustration sont assez terribilus. Voilà un top Seven qui alimente bien la chaudière, faut s’accrocher dans les virages.
    Thanks !

    • Merci Mr DJ…Feelgood, il y a 10 ans, ce n’est plus Feelgood (moi aussi, je les ai vus à cette époque…une daube infâme!!!) Lew Lewis, toujours actif malgré quelques séjours en HP? Staggers: no news et Frustration, à chercher du côté de Born Bad Records à Paris (si tu es intéressé…). Mais, effectivement, Jim Jones, c’est le truc actuel…mais j’ai d’autres trucs en magasin…

  2. Hola camarade, on est limite du monomaniaque, là. J’imagine bien ta disco-CDthèque pleine de Godfathers, Plimsouls, Heartbreakers, Fabulous Thunderbirds, Cramps et autres Gun Club !! Me trompé-je ?
    Sinon, évidemment, Feelgood fait toujours plaisir à entendre. Le reste, hormis Lew Lewis, je ne connaissais pas. The Morlocks, ça a l’air très bon, ça. Je vais aller y jeter une oreille. En revanche, Frustration, bof, bof, bof. Une sélection bien pointue, en tout cas.

    • Ben, tu te trompes à peine…Si tu ajoutes Real Kids, Sonics, the Saints, Chesterfield Kings et Cynics, bien sûr…tu auras une petite idée. Pour Frustration, absolument obligatoire sur scène et je te jure que les « bofs, bofs,bofs » disparaîtront…

  3. Un homme de goût qui n’aime pas Joy Division, ça fait toujours bizarre…

    • Alors c’est que je ne dois pas en être un…Plus sérieusement, toute cette vague new ou cold ne m’a jamais branché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :